Sharon Lyng et Pierre Vaillant

Trois mots simples résument LE DÉFI

Espoir. Inspiration. Courage. Ce sont les trois mots qui viennent à l’esprit d’une des bénévoles du DÉFI, Sharon Lyng.

Trois mots simples pour décrire LE DÉFI. Et trois mots simples pour aider à faire progresser la recherche à L’Hôpital d’Ottawa.

Pour la bénévole Sharon, le DÉFI offre cet espoir aux futurs patients. « C’est toute l’atmosphère. Et la façon dont chaque personne peut faire changer les choses. Cette personne supplémentaire qui participe, ce don supplémentaire ont un impact déterminant parce qu’ils offrent les moyens à quelqu’un d’autre de recevoir des soins par l’intermédiaire de L’Hôpital d’Ottawa et, nous l’espérons, de mener la lutte à bien. »

Sharon soutient L’Hôpital d’Ottawa de longue date. Elle a commencé à vouloir redonner lorsque sa mère a reçu un diagnostic de cancer du sein alors que Sharon n’avait que huit ans. Et elle a continué à donner, sa volonté renforcée, lorsque son père a lui aussi reçu un diagnostic de cancer.

Ayant maintenant perdu ses deux parents en raison du cancer, Sharon est plus motivée que jamais à appuyer la recherche sur le cancer et le dépistage précoce de la maladie. Elle ne se contente pas d’offrir du soutien financier à L’Hôpital d’Ottawa. Elle trouve le bénévolat tout aussi gratifiant et inspirant. Elle a commencé à faire du bénévolat pour LE DÉFI il y a quelques années.

« Une année, j’ai dirigé la circulation. Une autre année, j’ai aidé les cyclistes à obtenir leurs laissez-passer et leurs dossards. Je sais qu’un grand événement comme LE DÉFI a besoin de beaucoup de personnes et de beaucoup d’aide de tout le monde autour. »

Sur le terrain le jour de l’événement, Sharon pense au courage des cyclistes — pour s’entraîner à un événement comme LE DÉFI. « Cela prend du courage pour s’entraîner et se préparer au parcours de 117 ou de 50 km. C’est aussi le courage dont ils font preuve pour soutenir ceux qui luttent contre des maladies comme le cancer. »

Elle repense au début de la cérémonie d’ouverture de 2017 pour le parcours de 117 km, lorsqu’un octogénaire qui a survécu trois fois au cancer a pris le micro pour s’adresser à la foule.

« Je pense que l’élément le plus extraordinaire de l’année dernière a été de voir Irwin Waldman, le participant le plus âgé au DÉFI, sur l’estrade avant l’événement. Il est encore tellement alerte et montrait aux cyclistes qu’ils ne doivent jamais abandonner. Vous luttez contre la maladie. C’était tellement inspirant de l’écouter et de le voir s’élancer sur le parcours de 117 km avec le reste du groupe. C’est formidable. »

Pierre Vaillant, un autre bénévole du DÉFI, fait écho aux sentiments de Sharon. Employé à L’Hôpital d’Ottawa, Pierre dit que c’est extraordinaire de redonner et a même amené sa nièce pour l’expérience.

« Pour ma nièce, c’était une excellente occasion de voir pourquoi nous faisons cela, pour aider L’Hôpital d’Ottawa — et nous avons amassé une somme fantastique. Nous le faisons pour une bonne cause. »

Il ajoute que cela va au-delà de simplement donner un peu de son temps. « C’est plus que du bénévolat, c’est un rassemblement de la collectivité et ensemble, nous pouvons réussir. »

Alors, pourquoi devenir bénévole?

Espoir. Inspiration. Courage. Les trois mots simples qui aident à faire progresser la recherche à L’Hôpital d’Ottawa.