Luc - Boone Flushers

Luc DesRosiers de Boone tient la distance

Redonner à la collectivité et à la société est important pour moi. L’Hôpital d’Ottawa est vraiment une bonne cause.

Parfois, lorsque vous faites quelque chose année après année, vous pouvez stagner et perdre votre enthousiasme. C’est tout à fait l’inverse pour Luc DesRosiers, de Boone, et LE DÉFI.

Le directeur des ventes chez Boone est prêt à faire quelque chose d’incroyable pour la neuvième édition du DÉFI de L’Hôpital d’Ottawa pour la recherche. Il est inscrit en tant que capitaine de l’équipe Boone Flushers et fera une fois encore le parcours de 117 km à vélo, mais quand il s’agit d’amasser des fonds, il va au-delà du minimum de 750 $ requis pour les individus — bien au-delà!

Luc DesRosiers a fixé à son équipe un objectif de 100 000 $ pour appuyer la recherche sur le cancer à L’Hôpital d’Ottawa. C’est un objectif élevé, mais ce cycliste passionné et membre dévoué de la collectivité veut avoir un impact sur les soins. Cette année, il place la barre haut.

« Je cherchais une manière innovatrice d’amasser des fonds au lieu de me contenter d’appeler les fabricants avec lesquels je travaille dans l’industrie. Il y a des entreprises avec lesquelles nous travaillons beaucoup chez Boone. Elles ont toujours montré leur appui au fil des années lorsque je recueillais des fonds pour LE DÉFI. »

Cette année cependant, Luc DesRosiers était prêt à essayer quelque chose de différent. « Au fond, ce que j’ai fait, c’est appeler quatre de nos principaux fournisseurs. Ils me commanditent pour 3 $ du kilomètre du 1er janvier au jour du DÉFI, soit le 9 septembre 2018. »

Cela signifie que Luc DesRosiers a beaucoup de vélo à faire. « J’ai l’intention de faire près de 2 500 km. Mais il se peut que je finisse par en faire 3 000, parce que maintenant, à la fin de juin, je m’embarque dans un aller-retour Ottawa-Québec à vélo. Cela ajoutera 1 000 autres kilomètres à mon total. »

Luc DesRosiers n’a pas attendu la fonte de la neige et l’arrivée du beau temps. Il faisait déjà du vélo chez lui dès l’arrivée du Nouvel An. « J’ai fait du vélo tout l’hiver sur mon appareil d’exercice. À la mi-mai, j’en étais déjà à 1 700 km. Je fais du vélo avec ma compagne dans le monde virtuel en hiver, puis dans le monde réel en été. »

À propos de monde virtuel, LE DÉFI, propulsé par Mattamy Homes, offre aux participants l’option d’un Défi Virtuel. C’est une excellente façon pour les personnes qui ne peuvent être là le jour du DÉFI de faire le suivi de leurs kilomètres et de faire du vélo à leur propre rythme, même dans le cadre d’un cours de cardiovélo.

Il y a quelque chose de plus dans la façon dont Luc DesRosiers voit sa détermination à appuyer LE DÉFI et L’Hôpital d’Ottawa en particulier. « Je suis plus sérieux que jamais. D’où cela vient-il? Peut-être en partie de la maturité, dit-il avec un sourire. Mais redonner à la collectivité et à la société est important pour moi. L’Hôpital d’Ottawa est vraiment une bonne cause. »

Il n’est pas difficile de trouver quelqu’un qui a eu besoin de soins à L’Hôpital d’Ottawa. La recherche sur le cancer est ce qui motive Luc DesRosiers. « Il y a tellement de personnes touchées par le cancer; j’ai la chance de me réveiller tous les matins en bonne santé. Je sais que ce n’est pas le cas pour beaucoup de gens, c’est pourquoi j’amasse des fonds pour la recherche sur le cancer. »

Il ajoute : « Il y a beaucoup d’autres causes, mais L’Hôpital d’Ottawa et la recherche sur le cancer sont essentiels à notre collectivité. »

Cet engagement a aidé à développer LE DÉFI il y a neuf ans, lorsque Claude DesRosiers, le frère de Luc, a joué un rôle clé dans la création de ce vélotour annuel. C’est en fait grâce au leadership de Claude, de Robert Merkley et de Roger Greenberg que LE DÉFI a été lancé, et c’est l’industrie de la construction qui a pris le relais pour en faire le succès qu’il est aujourd’hui. C’est cet événement qui procure aux chercheurs de L’Hôpital d’Ottawa les fonds essentiels pour aider à trouver des réponses aux maladies les plus dévastatrices, comme le cancer, l’accident vasculaire cérébral, la sclérose latérale amyotrophique et les cardiopathies. Au cours des huit dernières années, LE DÉFI a permis d’amasser plus de 12 millions $ pour la recherche à L’Hôpital d’Ottawa.

Luc DesRosiers porte maintenant le flambeau. Il demande aux autres dans l’industrie de la construction de se joindre à lui le 9 septembre, peut-être même d’envisager la collecte de fonds par l’intermédiaire de l’entraînement, comme il le fait. Et cela n’a pas besoin d’être pour le parcours de 117 km; il y a un parcours de 50 km ou un Défi Virtuel.

Pour l’instant cependant, il continue à combiner ses deux passions, le cyclisme et redonner à L’Hôpital d’Ottawa, les deux convergeant vers le vélo, qu’il a construit lui-même, bien sûr.

Inscrivez-vous dès aujourd’hui à www.relevezledéfi.ca.

 

gradient border top
X

Abonnez-vous pour rester informé de l'événement